Les participants des Fééries - Festival GEEK 2010

J’ai rédigé cet article dans le train, en revenant d’Orléans. Tellement de choses à raconter et de gens à citer que j’ai peur d’en oublier la moitié.
En retapant mes mots, j’ai en large sourire… Je repense à tous ces bons moments gravés à jamais dans ma mémoire. Je crois que l’on vient d’écrire la première page d’une très belle histoire qui j’espère ne va pas s’arrêter de si tôt. Alors, OUI, cet article est long, mais lisez-le et faites passer le mot : Les Fééries, c’est LE festival à ne pas manquer !

Par où commencer ?
Levée à 6h30, train à 8h07. Déjà sur le quai, j’ai repéré des gens qui allaient aux Fééries. Arrivée 9h11 : Merci à Croky et Fufur de la société de la Rose de m’avoir récupérée à la gare, après une discussion particulièrement insipide avec un illustrateur frustré et prétentieux à la sortie du train.

Ma première vision du festival, ce fut des fanions flottant fièrement au vent. Ma première réaction : ça va le faire ! Et la confirmation ne fut pas longue à venir. Le cadre est simple, mais parfait pour ce type de manifestation. La salle d’exposition est agréable, aérée. L’accueil était super et on a été soigné aux petits oignons tout le weekend avec un staff attentif et prévenant. L’ambiance était déjà démentielle. Et vous savez quoi ? Le festival n’avait pas encore ouvert ses portes !!!

En voisine de stand, j’ai été placée près d’Agathe Pitié, graveuse sur bois de talent. Dans notre dos, Orpheelin, dont j’adore le travail depuis sa première Japan expo et le studio Kumi, découvert lors du dernier Chibi. Signe récurent de cet ilot : un gros délire sur les chats, ça miaulait régulièrement !

Mes lapines d’Usagi Kira préférées n’étaient pas très loin, le Studio Affect juste en face, tout comme le Bazar du Bizarre, tenu par Gaël et Claude, deux Orléanais super sympa (et fan de Catch) ! J’ai eu le plaisir de revoir Virgilles qui avait illustré une nouvelle érotique que j’avais écrite il y a 2 ans. Sophie et Pierre de Croclick on fait le déplacement de Toulouse et ce fut super de les savoir parmi nous.

Dans le reste du bâtiment, des créateurs comme Volute, dont la réputation des corsets n’est plus à faire et la Licorne ailée (et là j’ai craqué pour certain de leurs modèles). Il y avait Méluzine (incontournable) et tout plein de fanzines. Une grande scène était consacrée aux concerts (musique celtique et plutôt rock le soir), cosplay, conférences, animations, annonces…

A l’extérieur, sous un splendide soleil, il y avait plein de boutiques abritée par des tentes et des barnums (vêtement, artisans, livres, bijoux…). Coup de cœur pour l’Atelier du Grimoire. Une piste de cirque pour les animations de danse et de conte, une petite arène de paille pour les joutes (dirigée par des maîtres d’armes), et les associations de GN dont la Société de la Rose que j’ai fait venir et qui ont animé une partie de Grandeur Nature Vampire en initiation pour les visiteurs et participants des Fééries qui le souhaitaient. Je n’y ai pas joué, mais si la fatigue ne m’avait pas saisit samedi soir, j’en aurais bien profité ! Je n’ai eu que d’excellent retour.

Ce week-end fut un enchaînement de fous rires, de délires en tous genres, de rencontres des plus sympathiques, de visites. J’ai eu une proposition intéressante que je développerai plus tard… (chhht surprise) ! J’ai vendu pas mal de fanzine et fait quelques dédicaces. Des sourires et de chouettes discussions en retour. Que du bonheur !

Pen of Chaos (POC), créateurs du Donjon de Naheulbeuk était l’invité d’honneur du festival. Ça fait plaisir de voir quelqu’un d’aussi souriant et sympathique, tout comme ceux qui l’accompagnait et qui ont proposé des parties de jeu de rôle (comme Licoy qui a pas mal discuté avec moi et m’a pris un exemplaire des Chroniques d’une Tite Chose). Le dimanche, c’était la Flander’s Compagny qui était à l’honneur avec une petite conférence que je n’ai pu suivre que de loin, mais Simon (Armand Trueman) a eu la gentillesse de venir me faire un petit coucou à mon stand.

En fait, le plus dur dans cet histoire, c’est que j’étais partagée entre l’envie de tout faire et tout voir, et celle de gardée mon stand pour continuer de dessiner, discuter et faire connaître mon travail. Merci à ceux qui ont gentiment surveillé mon stand lors de mes brèves escapades.

Petite aparté : Mes parents sont venus me voir et ont passé une partie de la soirée sur le festival. Je suis heureuse d’avoir pu partager à fond et pour la première fois mon univers avec eux.

Bien que Laurent, Naya et Théo du Studio Affect aient été très occupé et sollicité (puisqu’ils étaient les instigateurs de ce festival), j’ai réussi à les voir et leurs faire des free hugs dont ils avaient bien besoin. Je crois qu’ils ont dépassé toutes les attentes en matière d’organisations et de réalisation d’un festival de cette ampleur et ont su démontrer qu’en s’entourant de gens motivés et volontaires on réalise de grandes choses. UN GRAND BRAVO à eux, au staff et aux bénévoles.

Alors, OUI, ce n’était pas parfait et il y a sûrement des choses à revoir. Mais pour une première édition, ça s’est largement mieux passé qu’un Lovin’ Japan aux moyen énormes, partenaires tape à l’œil pour un résultat minable ! La fréquentation a été largement supérieur à celle prévu par les orgas. On espérait 400 visiteurs, il y en a eut plus ou moins 900 visiteurs.
C’est un début modeste, mais largement prometteur !

J’ai encore plein d’étoiles dans les yeux et bien que ce soit épuisant, je regrette que ce genre d’évènement n’ait pas lieu plus souvent ! Je vous invite d’ors et déjà à suivre l’évolution de ce projet et à venir l’année prochaine vous joindre à cette histoire !

3 thoughts on “Le festival qu’il ne fallait pas manquer”

  1. Tout simplement 2 jours de folie. J’espère que tout le monde a pu se débarasser du rouleau-compresseur/marteau-piqueur qui s’est installé son crâne. La chaleur + la moyenne de sommeil, on a regretté de pas avoir amené nos armoires à phramacie xD (quelle idée aussi de mettre un soleil qui tape dans une convention où 90% des gens se pointent habillés en noir ?)

    On ne le répétera jamais assez, Dieu a un sens de l’humour hors de notre portée… ‘Fin bon, moi qui croyais m’en être tiré pour ce mois-ci, on dirait que j’vais rempiler pour l’Epita (mais dans un cadre privé cette fois, merci les potes…) et c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur cette Tite Chose à la vie si semblable (et pourtant déspérante x) ) à la mienne, et à Minuit dont je suis désormais fan – mais je resterai aussi un adorateur fidèle et inconditionnel de MES chats ! 😡

  2. Ah Noucky on a pensé exactement la même chose à propos des féeries ! C’est LE festival qu’il ne fallait pas manquer… Du coup, c’est aussi le titre de mon article et je m’en excuse, parce que je viens à peine de découvrir ton blog donc je ne savais pas que nos titres se ressemblaient autant ^^’

    En tout cas, de gros bisous, ravie d’avoir enfin rencontré « LA » fameuse Noucky, et bonne continuation mamoiselle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.